Friends

FRIENDS / Pascal Silvestri

Secondnatur : Bonjour Pascal, pouvez-vous décrire en quelques phrases votre parcours et votre activité ?
Pascal Silvestri
 : Après une formation initiale chez un fleuriste montpelliérain, j’entrevois en 1997 l’ouverture de ma propre boutique. Pour cela, j’ai suivi un parcours de formation de 4 ans à la chambre des métiers du Gard.
Après de nombreuses formations en Europe, j’ai obtenu le brevet de maîtrise fleuriste, et je me suis ensuite lancé dans l’enseignement. A ce jour, je collabore auprès de deux organismes de formation : Formafleurs non loin de Lyon et une école napolitaine en Italie (Le mani parlano).
J’ai également conservé mon activité de production à partir de mon atelier, où j’interviens dans le cadre d’événementiel et d’abonnements.

S.N. : Depuis quand connaissez-vous les fleurs et plantes stabilisées ?
P.S.
: Les fleurs stabilisées ont toujours été présentes sur le marché, mais des problèmes majeurs de qualité ne contribuaient pas vraiment à leur utilisation. Aujourd’hui, les choses sont différentes. Le produit a beaucoup évolué, notamment face aux problèmes de variations de pourcentage d’humidité dans l’air, et aussi par rapport à la déperdition de couleur.
Lorsque j’ai découvert Secondflor, j’ai pu constaté qu’il existe une variété incroyable de fleurs et plantes en stabilisé. La gamme s’est élargie, et on peut retrouver autre chose que de la rose.

S.N. : A quelles occasions utilisez-vous ces végétaux ?
P.S. : J’utilise les végétaux stabilisés dans le cadre d’abonnements pour des hôtels et des restaurants. Mais aussi dans le cadre de l’objet déco, cadeaux… Ainsi que pour la réalisation de tableaux végétaux, décorations de stand, lors de salons professionnels etc.
J’utilise les fleurs et plantes stabilisées pour ces occasions car je dispose de plus de temps pour la réalisation des compositions. Mais aussi d’une plus grande souplesse et flexibilité dans mon organisation.
La longévité du produit est un facteur me permettant d’apporter plus de techniques à mes travaux. Je passerais plus de temps sur une création, car elle prend la place d’un objet déco à part entière, et non pas comme un produit éphémère. La contemplation du travail s’inscrit dans le temps et justifie une plus grande intensité technique.

S.N. : Quels sont selon vous les atouts majeurs des plantes stabilisées ?
P.S. : Dans un premier temps, la longévité qui permet un stockage anticipé, ainsi qu’une réduction considérable des pertes.
La diversité des essences végétales présentes aujourd’hui sur le marché des fleurs et plantes stabilisées permet un travail plus abouti et plus esthétique.
Les couleurs obtenues par le procédé de stabilisation permettent également au fleuriste de s’exprimer artistiquement !

S.N. Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent se lancer ?
P.S. :
Le travail des fleurs stabilisées est une technique particulière. Pour se faire, je conseillerais de tester le produit en achetant un échantillon complet, représentatif de la gamme.
Mais également de créer un espace spécifique dans leur boutique, afin de constater l’émergence du marché.

S.N. : Quelles comparaisons faites-vous entre le végétal frais et le végétal stabilisé ?
P.S. :
Ce n’est pas comparable du tout. Il faut que le fleuriste comprenne qu’il ne s’agit pas de produits concurrents, mais plutôt complémentaires. Ouvrant des possibilités nouvelles…

S.N. : En quoi les plantes stabilisées sont-elles écologiques ?
P.S. :
Initialement, la fleur doit être bio pour que la stabilisation soit réussie. Les colorants alimentaires sont également naturels. Et évidemment, le travail des fleurs stabilisées évite des pertes considérables, ce qui est un facteur très important.

S.N. : Les plantes stabilisées sont-elles selon vous un produit d’avenir ?
P.S. :
Oui ! Les plantes stabilisées répondent déjà aujourd’hui à des marchés existants. Exemple : les abonnements, la location, le cadeau etc. Elles expriment dans le temps toute la technicité du fleuriste, sa capacité artistique, et contribuent à améliorer son image et sa considération.

Site web / / /  pascalsilvestri.fr

Secondnatur: Hello Pascal, can you describe with few sentences your career and your activity?
Pascal Silvestri: After an initial training with a Montpellier florist, I can see in 1997 the opening of my own shop. For this, I followed a training course of 4 years in the « Chambre des métiers » of the Gard (South of France).
After many training courses in Europe, I graduated with a master’s degree in floristry and then went on to teach. At this day, I collaborate with two training organizations: Formafleurs close to Lyon (France) and a Neapolitan school in Italy ( Le mani parlano ).
I also kept my production activity from my workshop, where I intervene in the framework of events and subscriptions.

S.N.: Since when do you know the preserved flowers and plants?
P.S.: Stabilised flowers have always been present on the market, but major problems of quality did not really contribute to their use. Today, things are different. The product has evolved considerably, in particular with regard to the problems of variations in the percentage of moisture in the air and also in relation to the loss of color.
When I discovered Secondflor.com, I found that there is an incredible variety of preserved flowers and plants. The range has expanded, and we can find something other than rose.

S.N.: On what occasions do you use these plants?
P.S.: I use stabilized plants in subscriptions for hotels and restaurants. But also in the context of the decorative object, gifts… As well as for the production of vegetal frames, stand decorations, trade shows etc.
I use the stabilized flowers and plants for these occasions because I have more time for the realization of the compositions. But also a greater flexibility in my organization of production and shippings.
The longevity of the product is a factor allowing me to bring more techniques to my work. I would spend more time on a creation because it takes the place of a deco object in its own right, and not as an ephemeral product. The contemplation of work takes place over time and justifies a greater technical intensity.

S.N.: What do you think are the major advantages of stabilized plants?
P.S.: Firstly, the longevity that allows an early storage, as well as a considerable reduction of losses.
The diversity of vegetable species present today in the market of stabilized flowers and plants allows a more successful and more aesthetic work.
The colors obtained by the stabilization process also allow the florist to express himself artistically!

S.N.: What advice would you give to those who wish to start?
P.S.: The work of stabilized flowers is a special technique. To do so, I would advise to test the product by buying a complete sample, representative of the range.
But also to create a specific space in their shop, to see the emergence of the market.

S.N.: What comparisons do you make between the fresh and the preserved flowers, mosses and greeneries?
P.S.: It’s not comparable at all. The florist must understand that these are not competing, but complementary products. Opening up new possibilities …

S.N.: How are stabilized plants ecological?
P.S.: Initially, the flower must be organic for stabilization to be successful. Food dyes are also natural. And of course, the work of stabilized flowers avoids considerable losses, which is a very important factor.

S.N.: Are stabilized plants a product for the future?
P.S.: Yes! Stabilized plants already meet existing markets. Example: subscriptions, rental, gifts etc. They express in time all the technicality of the florist, its artistic ability, and contribute to improve its image and its consideration.

Website / / / pascalsilvestri.fr




QUELQUES CRÉATIONS | SOME CREATIONS