Friends

FRIENDS / Benoît Saint Amand

Secondnatur : Bonjour Benoît, Pouvez-vous décrire en quelques phrases votre parcours et votre activité ?
Benoît Saint Amand : Je suis fleuriste depuis 24 ans maintenant. J’ai commencé un parcours classique de formation CAP et Brevet Professionnel.  À l’issu de ces examens, il n’y avait pas de formations supérieures à l’époque donc je me suis lancé dans les concours et cela s’est plus ou moins bien passé pour moi. Il y en a que j’ai raté, et d’autres qui m’ont vraiment motivé pour continuer. J’ai par exemple été finaliste de la Coupe de France.

S.F.: Quand avez-vous ouvert votre première boutique ?
B.S.A.: Je me suis installé en 2001 avec ma première boutique et en 2007 j’ai crée ma deuxième boutique. Je n’ai gardé que cette dernière qui compte aujourd’hui 6 employés.

S.F.: Qu’a changé votre titre de Meilleur Ouvrier de France obtenu en 2015 ?
B.S.A.: Dans ma façon de travailler, rien à vrai dire. En revanche c’est un titre très prestigieux et une très belle reconnaissance professionnelle. Donc cela permet de continuer à toujours aller de l’avant, se surpasser, et rechercher sans cesse l’excellence que ce titre requiert.
Cela a également eu un impact sur ma clientèle avec une augmentation des demandes en évènementiel, plus de demandes de la part de professionnels, on me demande de plus en plus de choses complètement différentes, c’est intéressant.

S.F.: Vous dispensez également des formations. Quand avez-vous commencé et qu’est-ce qui vous plait dans cette activité ?
B.S.A.: J’ai commencé en 2001 en même temps que la création de ma première boutique. J’ai été repéré par la Fédération puis j’ai regagné le groupe de formateurs (j’étais d’ailleurs le plus jeune formateur Français).
Ce qui me plaît dans les formations c’est de pouvoir transmettre de la technique ainsi que mon savoir-faire, de le partager et le communiquer. J’essaie d’avoir la meilleure pédagogie possible et cela se passe plutôt bien, les gens sont très contents. J’ai beaucoup de demandes de formations.
Il y a aussi le fait que je sois fleuriste et que j’aie ma propre boutique. En effet, je pense que je suis encore dans la réalité commerciale. Et c’est aussi cela que recherchent les artisans fleuristes et salariés.
Je donne également quelques formations dans les écoles où là j’ai plutôt un public apprenti.

S.F.: Quelles sont selon vous les qualités indispensables d’un fleuriste professionnel?
B.S.A.: De la patience, du courage, de la motivation, et bien sûr de la créativité. Il est important de se tenir toujours informé des tendances, que ce soit dans les couleurs, les textures. Et d’être également un bon gérant bien sûr !

S.F.: Depuis quand connaissez-vous les fleurs et plantes stabilisées et à quelles occasions utilisez-vous ces végétaux ?
Je connais les fleurs et plantes stabilisées depuis quelques années mais pas très bien car on en voyait peu à l’époque. C’était un peu tabou, il n’y avait pas de grande communication autour des fleurs stabilisées. Et d’ailleurs, pas beaucoup de choix non plus, c’était assez limité…
Aujourd’hui on commence de plus en plus à voir de végétaux stabilisés. Le stabilisé est idéal pour préparer un évènement à l’avance, un bouquet de marié, un tableau, préparer une commande et anticiper la réalisation…

S.F.: Quels sont selon vous les atouts majeurs des plantes stabilisées?
B.S.A.: Pouvoir gérer son temps de travail en boutique !
Et après il y a un gros argument de vente : le stabilisé ça se garde ! Et justement il y a de plus en plus de demandes de clients qui vont dans ce sens. Ils veulent des choses qui se gardent plus longtemps.  Et le stabilisé change aussi de l’artificiel que l’on connait car l’artificiel à un côté beaucoup plus plastique et les clients ont une mauvaise image de ce produit. Avec l’artificiel il y a des freins, tout de suite ça refroidit un peu les clients alors qu’avec le stabilisé, une fois qu’on leur a expliqué le procédé, ils sont très intéressés.
Mais c’est vrai qu’il y a encore une mauvaise connaissance des fleurs et plantes stabilisées de la part des clients mais aussi de la part des professionnels.

S.F.: Quels conseils donneriez-vous aux professionnels qui souhaitent se lancer dans le travail de végétaux stabilisés?
B.S.A.: Je leur dirai de travailler les fleurs stabilisées comme la fleur fraîche, c’est un produit naturel et il faut apporter de l’émotion à leur travail. Bien mettre en valeur les produits. Il faut savoir le travailler de la façon la plus naturelle possible et accompagner les fleurs stabilisées de végétaux secs par exemple ou de végétaux naturels qui peuvent bien évoluer dans le temps eux aussi.  Je conseillerais également aux fleuristes qui souhaitent se lancer dans le stabilisé et bien préparer leurs arguments pour la vente.

S.F.: Pensez-vous que les plantes stabilisées sont un produit d’avenir pour la profession et si oui, pourquoi?
B.S.A.: Je pense réellement que les fleurs et plantes stabilisées sont un produit d’avenir car cela répondent à la demande actuelle : des choses qui se gardent très longtemps. Et il y a eu une véritable évolution des produits stabilisés. Il y a quelques années on ne trouvait pas tout ce que l’on peut trouver aujourd’hui.

S.F.: Qu’est-ce qui vous plait dans l’offre Secondflor?
B.S.A.: Ce qui me plaît c’est le large choix qui est proposé, les nouvelles variétés disponibles et aussi les couleurs des fleurs et plantes qui sont très intéressantes car le côté naturel des végétaux est préservé. Car souvent quand les fleurs sont colorées elles prennent un aspect un peu artificiel et cela dénature la fleur, mais ce n’est pas le cas avec les produits proposés par Secondflor. Le côté « naturel » est très important car très tendance et actuel.

Site web / / /
histoire-de-fleur.fr
benoit-st-amand.html

Secondnatur : Hello Benoît, Can you describe in a few sentences your career and your activity?
Benoît Saint Amand : I have been a florist for 24 years now. I started a classical CAP and Professional Breeding course. At the end of these examinations, there were no higher training at the time so I started in the competitions and it went more or less well for me. There are some that I missed, and others that really motivated me to continue. For example, I was a finalist in the Coupe de France.

S.F.: When did you open your first shop?
B.S.A.: I settled in 2001 with my first shop and in 2007 I created my second shop. I kept only the latter, which today has 6 employees.

S.F.: What has changed your title of Best Worker of France obtained in 2015?
B.S.A.: In my way of working, nothing really. On the other hand it is a very prestigious title and a very nice professional recognition. Therefore, it is possible to continue always to go forward, to surpass itself, and to seek without ceasing the excellence that this title requires.
This has also had an impact on my clientele with an increased demand for events, more requests from professionals, I am asked more and more completely different things, it is interesting.

S.F.: You also provide training. When did you start and what do you like about this activity?
B.S.A.: I started in 2001 at the same time as the creation of my first shop. I was spotted by the Federation and then I returned to the group of trainers (I was also the youngest French trainer).
What I like about trainings is to be able to transmit technology and my know-how, share it and communicate it. I try to have the best pedagogy possible and it’s going pretty well, people are very happy. I have many requests for training.
There is also the fact that I am a florist and that I have my own shop. Indeed, I think I am still in the commercial reality. And this is also what artisans and florists are looking for.
I also give some training in schools where there I rather have an apprenticeship public.

S.F.: What do you think are the essential qualities of a professional florist?
B.S.A.: Patience, courage, motivation, and of course creativity. It is important to keep always informed of trends, whether in colors, textures. And to be also a good manager of course!

S.F.: Since when do you know the flowers and plants stabilized and on what occasions do you use these plants?
B.S.A.: I know the flowers and plants stabilized for some years but not very well because we saw little at the time. It was a little taboo, there was no great communication around the stabilized flowers. And besides, not much choice either, it was quite limited …
Today we are beginning to see more and more plants stabilized. The stabilized is ideal to prepare an event in advance, a bouquet of groom, a painting, prepare an order and anticipate the realization …

S.F.: What do you think are the major strengths of stabilized plants?
B.S.A.: Be able to manage your time in the shop!
And then there is a big selling point: the stabilized it is not! And precisely there are more and more requests from customers that go in this direction. They want things that keep themselves longer. And the stabilized also changes from the artificial one knows as the artificial to a much more plastic side and customers have a bad image of this product. With the artificial there are brakes, immediately it cools a little the customers whereas with the stabilized, once they have been explained the process, they are very interested.
But it is true that there is still a poor knowledge of flowers and plants stabilized by customers but also from professionals.

S.F.: What advice would you give professionals who would like to start working on stabilized plants?
B.S.A.: I will tell them to work the stabilized flowers like the fresh flower, it is a natural product and we must bring emotion to their work. Thoroughly showcase the products. It is necessary to know how to work it in the most natural way possible and to accompany the stabilized flowers of dry plants for example or natural plants that may well evolve over time also. I would also advise florists who want to get into the stabilized and well prepare their arguments for the sale.

S.F.: Do you think that stabilized plants are a product of the future for the profession and if so, why?
B.S.A.: I really think that stabilized flowers and plants are a product of the future because they respond to the current demand: things that keep very long. And there has been a real evolution of stabilized products. A few years ago we could not find all that we can find today.

S.F.: What do you like about Secondflor?
B.S.A.: What I like is the wide choice that is offered, the new varieties available and also the colors of the flowers and plants that are very interesting because the natural side of the plants is preserved. Because often when the flowers are colored they take a somewhat artificial appearance and this distorts the flower, but this is not the case with the products offered by Secondflor. The « natural » side is very important because very trendy and current.

Websites / / /
histoire-de-fleur.fr
benoit-st-amand.html

 


QUELQUES CRÉATIONS | SOME CREATIONS