Ecology

ECOLOGIE / La production des fleurs stabilisées|The production of stabilized flowers

Comme on le sait, la grande majorité des fleurs vendues en Europe viennent de continents voisins, où leur production nécessite divers usages et méthodes pas toujours très écologiques. Entre engrais, pesticides et forts besoins en eau, la production des fleurs coupées a un impact sur l’environnement non négligeable. On parle également de l’utilisation de système de climatisation, de chauffage ou de lumière artificielle afin de maintenir la fleur à son apogée le plus longtemps possible et qui consomment énormément d’énergie.

Cette incidence écologique est pourtant réductible voire évitable grâce à la production de fleurs stabilisées. Afin de garantir la réussite du processus de stabilisation, les fleurs d’origines doivent être les plus saines possible. C’est-à-dire que l’utilisation de pesticides aura été limitée au maximum afin d’assurer leur propreté la plus totale.

La stabilisation est faite sur place. Les fleurs sont cueillies quand elles sont les plus belles, et tout le processus se déroule à domicile avant d’être expédiées par cargo. La fleur stabilisée n’est pas pressée, frileuse, ou capricieuse ; elle a tout son temps puisqu’elle jouit d’une jeunesse éternelle.

Pour stabiliser une fleur, seuls des éléments naturels sont nécessaires : colorant alimentaire, eau et produit de conservation qui peut être de la glycérine ou de l’alcool, tous deux d’origine végétale. En ce qui concerne la glycérine, il y en a dans tous les produits cosmétiques ; on s’en met tous les jours sur la peau. Et pour ce qui est de l’alcool, ne faites pas l’innocent, on sait que vous connaissez déjà 😉 . La production d’une fleur stabilisée n’utilise que des éléments naturels et en fait donc un produit 100% biodégradable.

Ah, si le Petit Prince avait pu stabiliser sa rose, Saint-Exupéry s’en serait trouvé moins embêté.

As we know, the vast majority of flowers sold in Europe come from neighbouring continents, where their production requires various uses and not always very ecological methods. Between fertilizers, pesticides and high water requirements, the production of cut flowers has a significant impact on the environment. We are also talking about the use of air conditioning systems, heating or artificial light to keep the flower at its peak as long as possible and which consume a lot of energy.

However, this ecological impact can be reduced or even avoided thanks to the production of stabilized flowers. In order to guarantee the success of the stabilisation process, the original flowers must be as healthy as possible. It means that the use of pesticides will have been kept to a minimum in order to ensure that they are as clean as possible.

Stabilization is done on site. The flowers are picked when they are the most beautiful, and the whole process takes place at home before being shipped by cargo. The stabilized flower is not in a rush, skittish, or capricious; it has all its time since it enjoys an eternal youth.

To stabilize a flower, only natural elements are necessary: food coloring, water and preservative which can be glycerin or alcohol, both of vegetal origin. As far as glycerin is concerned, it is found in all cosmetic products; we put it on our skin every day. And when it comes to alcohol, don’t play innocent, we know you already know 😉 . The production of a stabilized flower uses only natural elements and therefore makes it a 100% biodegradable product.

 Ah, if the Little Prince had been able to stabilize his rose, Saint-Exupéry would have found himself less in trouble.