Ecology

ECOLOGIE / Le transport des fleurs stabilisées|Stabilized flowers transportation

sergefaure

La grande majorité des fleurs que l’on retrouve en Occident provient d’autres continents. Cette importation massive nécessite la mise en œuvre de beaucoup de moyens pour acheminer les fleurs à temps et en bon état. Dès qu’elles sont coupées, c’est une course contre la montre qui est lancée. Elles voyagent en avion réfrigéré dans l’urgence, pour essayer de conserver au maximum leur fraîcheur. Une fois les tiges au sol, elles sont acheminées dans des camions, réfrigérés eux-aussi, jusqu’à leur grossiste. Stockées dans des chambres froides, leurs conditions de conservation ne changeront pas une fois chez leur fleuriste : une chambre froide. Toutes ces conditions de transport génèrent énormément d’émissions de gaz à effet de serre, alors que la fleur stabilisée, elle, ne nécessite pas de traitement de faveur.

Plutôt adepte d’une longue croisière autour du monde, la fleur stabilisée se réjouit de pouvoir profiter de son voyage sans stress. Les bateaux qui la transportent ne sont ni réfrigérés, ni chauffés, et naviguent à leur rythme d’un continent à l’autre. Ce moyen de transport réduit très fortement les émissions de gaz à effet de serre, sans compter que le stockage de la fleur stabilisée ne nécessite aucun moyen supplémentaire. Elle arrive à bon port, fraîche et détendue, aussi belle que dans la rosée du printemps.

Secondflor réduit au maximum les intermédiaires : il achète directement les fleurs stabilisées aux producteurs. Il y a moins de transports, donc moins de pollution à terme. La fleur stabilisée est écolo, on vous parie même qu’elle a son ticket d’entrée chez Les verts.

Aussi éternelle que Les roses dans un vase, d’Auguste Renoir, (1872), elle ne fane plus. Nul besoin de se presser.

The vast majority of flowers found in the West come from other continents. This massive import requires the use of many means to deliver flowers on time and in good condition. As soon as they are cut, a race against time is launched. They travel in a refrigerated plane in an emergency, to try to keep as fresh as possible. Once the stems are on the ground, they are transported in refrigerated trucks to their wholesaler. Stored in cold rooms, their storage conditions will not change once at their florist: a cold room. All these transport conditions generate huge greenhouse gas emissions, while the stabilized flower does not require special treatment.

Rather adept to a long cruise around the world, the stabilized flower is delighted to be able to enjoy its journey without stress. Ships that transport it are neither refrigerated nor heated, and sail at their own pace from one continent to another. This mode of transportation greatly reduces greenhouse gas emissions, not to mention that the stabilized flower storage does not require any additional means. It arrives safely, fresh and relaxed, as beautiful as in the dew of spring.

Secondflor reduces intermediaries to a minimum: it buys stabilized flowers directly from producers. There is less transport, therefore less pollution in the long run. The stabilized flower is ecological, we even bet you that it has its entrance ticket at Les verts.

As eternal as Auguste Renoir’s Les roses dans un vase (1872), it no longer withers. No need to rush.