Inspiration

INSPIRATION / Le land art par Andy Goldsworthy | Land art by Andy Goldsworthy

Né en 1956 en Angleterre, Andy Goldsworthy fait partie de ces artistes qui revendiquent un art en symbiose avec la nature. Se jouant d’équilibres subtils et d’assemblages osés, il s’impose comme la figure emblématique du courant artistique qu’est le Land Art. Éphémères, géométriques, graphiques mais surtout uniques, ses œuvres sont le fruit d’un cheminement basé sur une forte attirance pour la nature. Qu’il s’agisse de sculptures, constructions, assemblages ou autres, Andy laisse son imaginaire créer avec ce qu’il trouve.

Ses débuts au Bradford Art College de 1974 à 1975 ne le satisfaisaient pas, justifiant ainsi qu’il se soit senti comme « doivent se sentir les oiseaux avant leur première migration: un instinct viscéral que quelque chose ne va pas là où ils sont, la puissante impression qu’ils doivent partir pour des lieux où ils n’ont jamais été auparavant » (AG). C’est ainsi qu’est né son puissant attrait pour la nature.

Lors d’une interview pour Madame Figaro, il témoigne de l’inspiration que lui apporte la nature en disant : « La nature pour moi n’est pas tranquille ou calme, mais intense, exigeante et belle. » Des propos qu’il reprendra dans Paris Match en ajoutant : « Pour moi, la nature est un sujet difficile, rugueux, qui défie et questionne tout.  »  Ainsi, sans idéaliser sa muse, il cherche à faire ressortir ce qui est beau en elle. Il a ce vif désir de la comprendre dans ses changements et ses transformations, en étant toujours lié à l’aspect temporel.

Il travaille dans la nature, mais aussi avec elle. Il ressent son énergie et s’en alimente. Il utilise tout ce qu’il trouve sur place et ne se limite pas à un terrain particulier : feuilles, neige, pierres, terre, branches, sable, etc. Bien que l’on retrouve ses travaux aux quatre coins du monde, il n’aime pas voyager : « Le vrai changement se comprend mieux en restant dans un endroit. Quand je voyage, je vois des différences plutôt que du changement » (Goldsworthy A., Le Temps, p. 7).

Ainsi, chacune de ses œuvres est animée par une forte passion, se résumant par l’une de ses citations : « J’ai soif d’une beauté que les mots ne peuvent exprimer. Elle est trop durement acquise pour pouvoir être décrite en termes conventionnels. Je suis attiré par la beauté comme un arbre par la lumière ou un animal par l’eau. C’est une nourriture et une réalité qui n’ignorent pas ces qualités que l’on qualifie de laides, mais qui atteignent la vérité sur la nature des choses. » (AG)

Après «Rivers and Tides» en 2001, le réalisateur Thomas Riedelsheimer consacre à l’artiste un nouveau documentaire intitulé « Penché dans le vent » , qui sortira en juillet 2018 dans les salles de cinéma.

L’intégralité de ses œuvres // www.artnet.fr/artistes/andy-goldsworthy/2
Facebook // Andy Goldsworthy
On parle de lui sur Instagram // #andygoldsworthy

À lire également : Inspiration / Land art, quand l’artiste rencontre la nature

 

Born in 1956 in England, Andy Goldsworthy is one of those artists who claim an art in symbiosis with nature. Playing on subtle balances and daring assemblies, he imposes himself as the emblematic figure of the artistic current that is Land Art. Ephemeral, geometric, graphic but above all unique, his works are the fruit of a path based on a strong attraction for nature. Whether it is sculptures, constructions, assemblies or others, Andy let his imagination create with what he finds.

His beginnings at Bradford Art College from 1974 to 1975 did not satisfy him, thus justifying that he felt like « must feel the birds before their first migration: a visceral instinct that something is not going where they are, the powerful impression that they must leave for places where they have never been before » (AG). This is how his powerful attraction for nature was born.

During an interview for Madame Figaro, he says the inspiration nature brings him by saying: « Nature for me is not quiet or calm, but intense, demanding and beautiful. In Paris Match, he added: « For me, nature is a difficult, rough subject that challenges and questions everything. « Thus, without idealizing his muse, he seeks to bring out what is beautiful in it. He has this strong desire to understand it in its changes and transformations, always being linked to the temporal aspect.

He works in nature, but also with it. He feels its energy and feeds on it. He uses everything he finds on the spot and does not limit himself to a particular field: leaves, snow, stones, soil, branches, sand, etc.. Although his work can be found all over the world, he doesn’t like to travel: « Real change is best understood by staying at one place. When I travel, I see differences rather than change » (Goldsworthy A., Le Temps, p. 7).

Thus, each of his works is driven by a strong passion, summed up by one of his quotations: « I thirst for a beauty that words cannot express. It is too hard-won to be described in conventional terms. I am attracted to beauty like a tree by light or an animal by water. It is a food and a reality that does not ignore these qualities that we call ugly, but that reach the truth about the nature of things. » (AG)

After « Rivers and Tides » in 2001, the film director Thomas Riedelsheimer dedicates to the artist a new documentary entitled « Leaning into the Wind », which will be released in theaters on July 2018.

All his works // www.artnet.fr/artistes/andy-goldsworthy/2
Facebook // Andy Goldsworthy
We talk about him on Instagram // #andygoldsworthy

Also to be read: Inspiration / Land art, when the artist meets nature


QUELQUES OEUVRES D’ANDY GOLDSWORTHY | SOME WORKS OF ANDY GOLDSWORTHY