Friends

FRIENDS / Aurélien Guintoli

SecondNatur : Aurélien bonjour, pouvez-vous décrire en quelques étapes clés votre parcours et votre activité ?
Aurélien Guintoli : J’ai découvert le milieu floral à l’âge de 16 ans grâce à Fabienne Arnaudo (fleuriste à Arles) qui s’est battue pendant 6 mois pour que j’obtienne mon C.A.P en candidat libre. Mon échec scolaire était cuisant à cette époque… Malgré tout, la fleur est vite devenue passionnante. C.A.P en poche je me suis lancé dans la création d’une première boutique que j’ai gardée 1 an et demi. À 17 ans et sans expérience l’aventure s’est stoppée net.
Pendant quelques années j’ai erré de poste en poste, tantôt fleuriste, tantôt serveur, plagiste .… mais la fleur ou plutôt la création était toujours vive en moi. Tous ces voyages du nord au sud, pendant ces années, m’ont appris à entreprendre la vie avec panache. Les expériences florales, notamment à Marseille, ont fait de moi le fleuriste que je suis…
À l’âge de 28 ans, une envie folle de créer un lieu et un univers qui me ressemble a pris vie. Le 3 mars 2015 « Aurélien, artisan fleuriste » est né ; la suite vous la connaissez…

SN : Comment avez-vous découvert les fleurs et plantes stabilisées ?
AG : Je les ai connues il y a 3 ans dans leur forme actuelle, grâce à une intervention de Mikael Nicolas sur les réseaux sociaux. Avant ça, je ne comprenais pas l’intérêt de les travailler. J’avais toujours cette idée de la rose dans son petit carré en verre sur son lit de gravier (vous voyez, le truc moche qu’on voit partout ?). Mon esprit était jusque-là assez étriqué. Ma vision a vraiment changé !

SN : Quel est votre végétal stabilisé préféré ? Pourquoi ?
AG : Je n’ai pas de préférence dans les végétaux stabilisés. Il y a tellement de couleurs, de formes, de textures et de variétés qu’il est difficile de faire un choix ! Mais mon coup de cœur reviendra toujours aux gardénias ou aux œillets ou aux Stéphanois ou aux feuilles d’érable ou et/ou et encore ou… quelle galère de faire un choix, tout est beau !

SN : Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le travail des végétaux stabilisés ?
AG : Ce qui me plaît ? De pouvoir modeler mes envies artistiques comme un peintre avec ses tubes de peinture… Nous vendons uniquement de l’éphémère, ce qui est par essence notre métier. Cependant comme le peintre, avec les végétaux stabilisés nous pouvons exprimer de manière pérenne notre sensibilité artistique. Qu’il est bon d’entendre venant de mes clients : « — votre composition est toujours superbe, elle n’a pas bougée ! » ce qui n’arrive jamais avec du frais.

SN : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent se lancer dans les végétaux stabilisés ?
AG : D’assimiler qu’avec le stabilisé, notre créativité n’a pour limite que notre imagination. C’est ce que je préconise dans mes stages « Stabilisé, une nouvelle histoire ». Je dois bien avouer que souvent la première journée de stage, les stagiaires sont assez réfractaires à comprendre que le stabilisé devient un matériau qui est sublimé par le fleuriste. Dès le deuxième jour, en général, le fleuriste perçoit le stabilisé comme un puits infini de créativité; c’est à ce moment que je crie : VICTOIRE !

SN : Quels sont selon vous les avantages de travailler avec les végétaux stabilisés ?
AG : Elles sont pérennes, robustes, les couleurs résistantes, etc., etc.… on a tout intérêt à les travailler!

SN : Selon vous en quoi les plantes stabilisées sont-elles écologiques?
AG : À vous de nous le dire (NDLR : voir notre page Le stabilisé et l’écologie)

SN : Selon vous, quel avenir ont les végétaux stabilisés ?
AG : Le MOMA de New York ?

SN : Des indices concernant votre prochaine création en fleurs stabilisées ?
AG : hum… Une série est prévue sur la modélisation d’organes tels que les poumons, cœur, etc. etc. Mais chut c’est secret !

Facebook // Aurélien, artisan fleuriste
Instagram // @aurelienguintoli

SecondNatur : Hello Aurélien, can you describe in a few key steps your career and your activity?
Aurélien Guintoli : I discovered the floral world at the age of 16 thanks to Fabienne Arnaudo (florist in Arles) who fought 6 months to help me get my C.A.P as a free candidate. My academic failure was bitter at that time… Despite everything, the flower quickly became exciting. C.A.P in my pocket I started the creation of a first shop that I kept for a year and a half. At 17 years old and without any experience, the adventure stopped right away.
For a few years I wandered from job to job, sometimes florist, sometimes waiter, beachman…. but the flower or rather the creation was always alive in me. All these trips from north to south, during these years, taught me to undertake life with panache. Floral experiences, especially in Marseille, have made me the florist I am…
At the age of 28, a crazy desire to create a place and a universe that resembles me came to life. On March 3, 2015 « Aurélien, artisan florist » was born; You know the rest …

SN : How did you discover stabilized flowers and plants?
AG : I met them 3 years ago in their current form, thanks to an intervention by Mikael Nicolas on social networks. Before that, I didn’t understand the point of working them. I always had this idea of the rose in her little glass square on her gravel bed (you know, the ugly thing we see everywhere?). My mind was pretty narrow so far. My vision really changed!

SN : What is your favourite stabilized plant? Why?
AG : I have no preference in stabilized plants. There are so many colours, shapes, textures and varieties that it is difficult to make a choice! But my crush will always come back to the gardenias or the carnations or the Stephanese or the maple leaves or and / or and or again or… what a pain to make a choice, everything is beautiful!

SN : What do you like most about working with stabilized plants?
AG : What I like? To be able to model my artistic desires like a painter with his painting tubes… We only sell ephemeral, which is by essence our job. However, like the painter, with stabilized plants we can express our artistic sensitivity in a perennial way. How nice to hear from my clients: »- Your composition is always beautiful, it hasn’t moved! » which never happens with fresh.

SN : What advice would you give to those who want to start in stabilized plants?
AG : To assimilate that with stabilized flowers, our imagination is the only limit to creativity. This is what I recommend in my courses « Stabilized, a new story ». I must admit that often on the first day of the course, the trainees are quite reluctant to understand that the stabilized becomes a material that is sublimated by the florist. From the second day, in general, the florist perceives the stabilized as an infinite well of creativity; it is at this moment when I shout: VICTORY!

SN : What do you think are the advantages of working with stabilized plants?
AG : They are durable, robust, resistant colors, etc….. we have all advantages to work with them !

SN : According to you, why stabilized plants are ecological?
AG : You tell us (NDLR : see our stabilization and ecology page)

SN : In your opinion, what future do stabilized plants have?
AG : The MOMA of New York?

SN : Any hints about your next work in stabilized flowers?
AG : um… A series is planned on the modeling of organs such as lungs, heart, etc. etc.. But shush it’s a secret!

Facebook // Aurélien, artisan fleuriste
Instagram // @aurelienguintoli


QUELQUES CRÉATIONS | SOME CREATIONS

  • Aurélien Guintoli

  • Aurélien Guintoli

  • Aurélien Guintoli

  • Aurélien Guintoli

  • Aurélien Guintoli

  • Aurélien Guintoli