Friends

FRIENDS / Olga Prinku

SecondNatur : Bonjour Olga, pouvez-vous décrire votre parcours ?
Olga Prinku
: Je suis née en République de Moldavie et je vis maintenant dans le nord-est de l’Angleterre. Je suis graphiste de profession. Il y a quelques années lorsque j’ai pris un congé pour fonder une famille, j’ai commencé à faire de la création artisanale comme passe-temps.

SN : Pouvez-vous nous parler de votre travail, de vos créations ?
OP : J’ai démarré avec la fabrication de couronnes florales, puis mon style a évolué. Un jour, je me suis demandé s’il serait possible d’utiliser des fleurs comme fil à broder. Et j’ai commencé à expérimenter. Il m’a fallu beaucoup tâtonner pour être satisfaite du résultat. Je teste de nombreuses techniques dans le but d’obtenir un résultat esthétique.

SN : D’où tirez-vous votre inspiration ?
OP : J’ai eu l’idée de broder avec des fleurs pour la première fois dans un rêve, après avoir travaillé sur une couronne en utilisant un tamis de jardin comme cadre. L’idée de combiner des fleurs avec des mailles devait me trotter dans la tête. Pour chaque nouvelle œuvre, l’inspiration vient habituellement de mes ballades dans la nature, que ce soit dans mon jardin ou à la campagne.

SN : Pourquoi travailler principalement avec des fleurs séchées ou stabilisées ?
OP : Quand j’ai essayé pour la première fois de broder avec des fleurs, j’ai utilisé des fleurs fraîches. Mais j’ai vite découvert qu’il n’est pas toujours possible de prédire la forme qu’elles prendront lorsqu’elles sécheront. J’ai constaté que j’avais des espaces et des trous qui apparaissaient dans le travail, ce qui semblait inesthétique. En travaillant avec des fleurs séchées ou stabilisées, je sais que leur forme et leur taille ne vont pas changer.

SN : Comment faites-vous l’expérience de l’écologie dans votre travail ?
OP : L’expérience de créer des œuvres d’art avec des fleurs me fait constamment penser à la façon dont les différents types de plantes s’assemblent visuellement. Je trouve que cela affine mes observations sur la façon dont elles interagissent dans la nature – je remarque beaucoup plus de détails durant mes promenades que je ne le faisais avant et je suis plus attentive au changement des saisons. Plus particulièrement, j’en suis venue à apprécier le fait que chaque étape de la vie d’une plante a sa propre beauté, du bourgeon à la fleur en passant par la gousse.

SN : Quelle est votre couleur préférée ? Votre fleur préférée ?
OP : Chaque fois que je commence une nouvelle pièce, j’ai généralement une palette de couleurs en tête. J’arrange les matériaux qui correspondent à cette palette et j’en choisis à mesure que je travaille. Mais je n’ai pas de couleur favorite. J’aime varier la palette d’un projet à l’autre. Pour ce qui est des fleurs avec lesquelles il est facile de composer, je dirais les hélichrysum, les rodanthes et les bleuets en particulier. Mes fleurs préférées à cultiver dans mon jardin sont les coquelicots et les delphiniums. Mais je trouve aussi de la beauté dans de nombreuses fleurs communes qui sont souvent négligées comme les marguerites, les pissenlits et les myosotis.

SN : Que pensez-vous de rendre l’art floral accessible au plus grand nombre ?
OP : Personnellement, je trouve très thérapeutique de créer avec des fleurs. Le processus est minutieux. Je peux me mettre dans un état méditatif, et ce pendant des heures. C’est toujours satisfaisant de voir un résultat différent à chaque pièce. J’ai entendu la même chose de personnes qui travaillent l’art floral et j’aimerais beaucoup contribuer à le rendre accessible au plus grand nombre. La technique est facile à apprendre avec un peu de patience et de pratique. Il n’y a donc aucune raison pour ne pas tenter l’expérience.

SN : Selon vous, quel rôle les plantes devraient-elles jouer dans notre société ?
OP : J’ai maintenant la chance de vivre dans un village où j’ai un jardin pour faire pousser des plantes, une variété de sentiers de promenade à proximité, des landes, des champs, des collines et des bois. Mais j’ai aussi vécu dans des villes. Je me rends compte que lorsque vous n’avez pas la nature à votre porte, il est important d’avoir des plantes et des créations florales autour de vous. Cela permet de se connecter avec le monde vivant, se rappeler que nous sommes tous ancrés dans la nature.

Pinterest // Olga Prinku
Instagram // @olgaprinku
Tumblr // oprinku
Youtube // Olga Prinku
Site Web // www.prinku.com

SecondNatur : Hello Olga, can you describe your background?
Olga Prinku : I was born in the Republic of Moldova and now live in the north-east of England. I’m a graphic designer by profession. I started crafting as a hobby a few years ago when I took some time off work to start a family. 

SN : Can you tell us about your work, your creations?
OP : They evolved from making wreaths. One day I wondered if it would be possible to embroider using flowers as my thread, and I started to experiment. It took a lot of trial and error to get results that I was happy with. Everything I do is still an experiment to see, first of all, if an idea will be technically possible, and then if it will look good.

SN : Where do you get your inspiration from?
OP : I first got the idea of embroidering with flowers in a dream, after I’d been working on a wreath using a garden sieve as a frame. The idea of combining flowers with mesh must have been in my mind. For each new piece of work, the inspiration usually comes from spending time in nature, whether in my garden or walking in the countryside.

SN : Why work mainly with dried or stabilized flowers?
OP : When I first tried to embroider with flowers, I used fresh flowers. But I soon discovered that you can’t always predict what shape they will take as they dry. I found I was getting gaps and holes appearing in the work, which looked unsightly. Working with dried or stabilized flowers, I know their shape and size is not going to change.

SN : How do you experience ecology through your work?
OP : The experience of creating artworks with flowers makes me think constantly about how different kinds of plant fit together visually, and I find that sharpens my observations of how they interact in nature – I notice many more details on walks than I used to before I started creating with natural materials, and I’m more alert to the changing of the seasons. In particular, I’ve also come to appreciate that each stage of a plant’s life has its own beauty, from bud to bloom to seedpod.

SN : What is your favorite color? Your favorite flower?
OP : Each time I start a new piece I usually have a colour palette in mind, and I’ll arrange materials that fit with that palette and choose from them as I work – but I don’t have a favourite colour, I enjoy varying the palette from one project to the next. In terms of flowers that are easy to create with, I would say strawflowers, acroclinium and cornflowers in particular. My favourite flowers to grow in my garden include poppies and delphiniums, but I also find beauty in many common flowers that are often overlooked, such as daisies, dandelions and forget-me-nots.

SN : What do you think about making floral art accessible to as many people as possible?
OP : I personally find it very therapeutic to create using flowers. The process is intricate and I can get into a state of flow and lose myself for hours at a time, and then it’s always satisfying to see the result and every piece is different. I’ve heard from other people who have found the same thing when they’ve given it a try, and I would love to help the technique spread more widely. The skill is easy to learn with a bit of patience and practice so there’s no reason anyone shouldn’t give it a try.

SN : In your opinion, what role should plants play in our society?
OP : I’m lucky enough now to live in a village where I have a garden to grow plants, and a variety of walks close by, including moors, fields, hills and woods. But I’ve also lived in cities, and I find that when you don’t have nature on your doorstep, it’s so important to have plants and floral creations around to give you that sense of connectedness with the living world and a reminder that we are all rooted in nature.

Pinterest // Olga Prinku
Instagram // @olgaprinku
Tumblr // oprinku
Youtube // Olga Prinku
Site Web // www.prinku.com


QUELQUES CRÉATIONS | SOME CREATIONS

  • Olga Prinku

  • Olga Prinku

  • Olga Prinku

  • Olga Prinku

  • Olga Prinku

  • Olga Prinku