What is it ?

WHAT IS IT ? / Le choix des mots | Choosing words

Cela fait plusieurs années que nous assistons à la vulgarisation de multiples domaines : les sciences et vie de la terre, l’Histoire, et même les informations. En plus de faire vendre, il s’agit parfois de faire des raccourcis qui laissent penser que le sujet est maîtrisé. Chez SecondFlor, nous avons décidé de prendre le contre-pied. Nous préférons amorcer le mouvement de la connaissance et du savoir afin que personne ne soit dupé et que le consommateur puisse être 100% conscient de ce qu’il achète.  C’est pour cela que nous travaillons dur à mettre en place et à imposer un champ lexical dans le monde des végétaux stabilisés.

Afin de préciser toutes les techniques qui existent et de donner les bonnes informations sur le produit qu’on vend, nous sommes en train de créer une sémantique qui n’existait pas. Bien trop souvent, le terme « stabilisé » est employé à mauvais escient pour caractériser des plantes qui ne le sont pas. Il est par exemple difficile d’admettre qu’on puisse comparer de la mousse boule simplement préservé par pulvérisation avec un papyrus stabilisé par capillarité. Il ne s’agit ni de la même technologie, ni de la même fiabilité, ni du même produit fini. Cette question de sémantique est un problème qui existe au niveau mondial, dans toutes les langues.

La préservation est une technique pour conserver les végétaux à partir d’une matière première sèche. On dit « préservé » en français, « preserved » en anglais, « preservado » en espagnol, « konserviert » en allemand, « conservato » en italien, etc.

La stabilisation, elle, consiste en une technologie de conservation d’un végétal frais. C’est une technique beaucoup plus pointue. Le mot “stabilisé” existait, mais nous l’avons attribué à cette technique et l’avons également imposé dans toutes les autres langues.

Une plante lyophilisée n’a plus d’eau grâce au procédé de dessiccation qui agit sur une plante congelée. L’eau, à l’état de glace, s’évapore sans fondre. Cela lui permet de préserver à la fois son volume et son aspect.

Une plante séchée, elle, voit son eau s’évaporer pendant le processus de séchage à chaud. Elle perd alors sa souplesse et son éclat.

Ces techniques ne sont pas régulées. Alors, nous avons décidé de structurer les termes selon les techniques de production. Ce lexique est également imposé sur le site SecondFlor afin que nos clients puissent se repérer. Il est important de faire la distinction entre séché, lyophilisé, préservé et stabilisé.

Les professionnels de cet univers ont eu tendance à qualifier n’importe quelle plante de « stabilisée », profitant ainsi du manque de connaissance de leurs clients. Le consommateur se doit de s’intéresser aux techniques afin de savoir ce qu’il achète. Qu’il s’agisse des fleuristes ou de leurs clients, il est important de connaitre les spécificités de chaque produit afin de savoir à quoi s’attendre. Vous n’achetez pas seulement un végétal, mais aussi une technique de stabilisation.

Prenons par exemple l’hortensia. Elle existe séchée, séchée teintée, préservée par immersion, stabilisée par la technique des fleurs (alcool), stabilisée par capillarité. Le même végétal a la capacité d’être conservé selon toutes ces techniques. Chacune de ces méthodes a ses avantages et ses inconvénients : conservation de la souplesse, puissance des couleurs, fiabilité des couleurs dans le temps, tarif, etc. Sans une connaissance approfondie du produit, il est difficile pour le consommateur de s’y retrouver et de savoir faire la différence.

Vous, professionnels des végétaux, soyez curieux, et soyez exigeants auprès de vos fournisseurs sur la qualité des mots qu’ils choisissent.

Lire aussi le point sur les techniques de stabilisation sur secondflor.com

For several years we have witnessed the popularization of many fields: natural sciences, history, and even news. In addition to selling, it is sometimes a matter of making shortcuts suggesting that the subject is mastered. At SecondFlor, we decided to take the opposite view. We prefer to initiate the movement of knowledge so that no one is fooled and the consumer can be 100% aware of what he is buying. That is why we work hard to set up and impose a semantic field in the stabilized plants world.

In order to clarify all the techniques that exist and to give the right information on the product we sell, we are creating a semantics that did not exist. Too often, the term “stabilized” is misused to characterize plants that are not stabilized. It is for example difficult to admit that we can compare moss ball simply sprayed with a papyrus stabilized by capillarity. It is neither the same technology, nor the same reliability, nor the same finished product. This semantic question is a worldwide matter, in all languages.

Preservation is a technique to preserve plants starting from dry raw material. We say “preserved” in English, “préservé” in French, “preservado” in Spanish, “konserviert” in deutsch, “conservato” in italian, etc.

Stabilization, on the other hand, consists of a technology for preserving a fresh plant. It’s a much more advanced technique.  The word “stabilized” existed, but we attributed it to this technique and also imposed it in all languages.

A lyophilized plant no longer has water thanks to the drying process implemented on a frozen plant. The water, at the ice state, evaporates without melting. This allows it to preserve both its volume and appearance.

A dried plant sees its water evaporate during the hot drying process. It then loses its softness and lustre.

These techniques are not regulated. So we decided to structure the terms according to production techniques. This lexicon is also imposed on the SecondFlor site so that our customers can relate. It is important to distinguish between dried, lyophilized, preserved and stabilized.

Professionals in this universe have tended to describe any plant as “stabilized”, taking advantage of their clients’ lack of knowledge. The consumer must be interested in the techniques in order to know what he is buying. Whether it is florists or their customers, it is important to know the specificities of each product in order to know what to expect. You are not only buying a plant, but also a stabilization technique.

Take hydrangea, for example. It exists dried, tinted dried, preserved by immersion, stabilized by the flower technique (alcohol), stabilized by capillarity. The same plant has the capacity to be preserved according to all these techniques. Each of these methodologies has its pros and cons: maintaining flexibility, colour strength, colour reliability over time, price, etc. Without a thorough knowledge of the product, it is difficult for the consumer to find his way around and know the difference.

You, as professionals, be curious, and be demanding toward your suppliers on the quality of the words they choose.

Read also our stabilization processes page on secondflor.com