La lyophilisation

Nous avons déjà présenté des méthodes de conservation de végétaux comme la préservation par immersion ou par pulvérisation. Aujourd’hui nous vous parlerons de la technique de lyophilisation.

Cette technique est souvent assimilée voire confondue avec le séchage classique des végétaux. La lyophilisation est un procédé inventé au début du 20e siècle par des chercheurs français. Cette méthode de conservation est appliquée à de nombreux produits pharmaceutiques et agroalimentaires, à des vestiges archéologiques, à des petits animaux ou à des végétaux.

LA TECHNIQUE

Ce processus consiste à extraire toute l’eau d’un produit. C’est donc une technique de séchage des végétaux et non de stabilisation.

LE PROCESSUS DE PRÉSERVATION

Le lyophilisateur est une machine, souvent en aluminium ou en inox. On surgèle les végétaux frais entre -20 et -80°C. La phase de surgélation est la plus délicate. Si elle se fait trop lentement, la quantité d’eau augmentera et le produit final sera altéré. Ensuite, une pompe à vide va extraire toute l’eau du produit traité. Passant directement de l’état gazeux à solide, l’eau forme alors des cristaux. La dernière étape est le processus de dégivrage. Le processus entier de lyophilisation prend environ 14 jours.

AVANTAGES

Les végétaux lyophilisés peuvent se conserver plusieurs années. Ils gardent également leur forme dans un état correct, un peu de souplesse et une grande partie de leurs couleurs d’origine. La fleur lyophilisée est assez proche de sa version fraîche.

Comme pour la préservation par immersion, la lyophilisation n’a pas de saisonnalité. Elle peut s’effectuer toute l’année. Il y aura donc peu de fluctuations de prix.

C’est le moyen de conservation le plus naturel car il ne nécessite aucun produit chimique (à l’exception du gaz frigorifique). Les produits lyophilisés sont donc biodégradables.

LES CONTRAINTES

Bien que les végétaux lyophilisés ne demandent pas d’entretien, il faut toutefois éviter de les exposer trop longtemps aux rayons de soleil et à l’humidité. En effet, la tenue de leur couleur est fragile. De plus, leur souplesse est toute relative : cela reste des fleurs séchées.

Le processus de lyophilisation ne peut pas se réaliser sans lyophilisateur. Cet appareil coûte cher et fait de cette méthode de conservation une des plus onéreuses. De plus, la contenance du réacteur est très faible. Il est donc compliqué de traiter beaucoup de produits en simultanée. On constate également que par souci de rentabilité, les producteurs ne conservent que très rarement les tiges.

LES ESPÈCES CONCERNÉES PAR CETTE TECHNIQUE

Cette méthode de préservation peut s’appliquer à plus de 90 espèces mais est à éviter sur des fleurs aux pétales fins, le processus pourrait les détruire. Les fleurs les plus communes concernées par ce type de traitement sont les pivoines, les dahlias et les roses…

Magazine en ligne dédié aux fleurs et plantes stabilisées
Secondnatur est une marque appartenant à
www.secondflor.com.

Online magazine dedicated to stabilized
flowers and plants
Secondnatur is a brand belonging to
www.secondflor.com

CONTACT

FACEBOOK INSTAGRAM PINTEREST

S’inscrire à la Newsletter / Subscribe to the Newsletter