Friends

FRIENDS / Anthony Denis

SecondNatur: Hello Anthony, can you describe your background? Why did you choose to become a florist?
Anthony Denis
: Well, first of all, I have been a florist for 15 years! When I was a child I wanted to do a lot of things but I didn’t know which direction to take. It was one evening when I was 13, during a walk with my mother, that we started talking about the florist profession. During our walks I was always picking dandelion bouquets and she simply said to me “why don’t you try being a florist”… the idea took root and 15 years later I am still a florist but in Paris. 😊  

I did my 4 years of apprenticeship in Champagne-Ardenne in my native region, I was lucky enough to do a few competitions as an apprentice with teachers and apprenticeship masters who always knew how to push me and support me! When I was 20, I moved to the region of Paris, because I wanted to evolve and see as many things as possible! I had the chance to work in some beautiful Parisian shops, for a Meilleur Ouvrier de France, for a Parisian Atelier and I even worked in a self-service shop! At first this experience was a failure for me, I didn’t have this idea of working one day in a self-service store, but in the end it opened me up to many other things, and it was at this precise moment that I started my creations (barbie, cornet, bow ties, etc). In the end, with hindsight, every experience is positive!

I have the feeling that I have had the chance to see and do many things, which gives me more confidence in my work and reassures me for the future.

Today, I am in charge of a workshop that I manage independently with an exclusively professional clientele (hotels, offices, events, etc.). I am also a trainer for the Formagreen training centre, and I have my own micro-business which allows me to organise events in my name when necessary (such as the recent press day for the Pierre-Hermé pastry chef).

SN: Can you tell us about your work, your creations?
AD : When it comes to creation, there is no mystery, everything comes from an exhibition, an evening, a meeting, a film… from life in general. In 2014 I wanted to make myself a bow tie for the Saint Valentine and I have, that day, many customers who asked me where they could find it! I was stunned, I didn’t expect such a craze! I kept the idea and refined it to make the ones we know today.

For the Barbies, I simply went to see the exhibition dedicated to this world-famous doll, which I had the idea of dressing in flowers! The great fashion designers had done it! I said to myself: “Why not in flowers!” 

In fact! I like to divert the flower and have fun with it: I like to discover the flower where you don’t expect it, to play with colours, codes, urges! I’ve often been told: “Anthony, you don’t post enough on the social networks…” but I think that we already see a lot of flowers and bouquets. I’m not really interested in doing things that we already see a lot of. I like the surprise and the astonishment, that people ask themselves: “But how did he do that?” I like that!

For the last few photoshoots, it was a project with my two photographer friends: we wanted to highlight a personality in a flowery setting! I was only inspired by what the model, the person, gave off. What she represented and what I imagined her to be like according to her clothing style, hair colour, Instagram feed, etc.

SN : Can you describe your main tasks as an art director in your company?
AD : So I don’t have a business where I do this every day, but my main mission would be to surprise, divert, make people dream. To simply have a reaction in front of a photo: whether it’s positive or negative, it doesn’t matter. But above all, that I take pleasure in doing it.

SN : On your social networks, we can see that you have been working on stabilized plant headdresses, can you tell us a bit more about that?
AD :Well, these headdresses were a project with a photographer: he had a competition and had to make 4 photos, with a link. As I love flowers, it was only natural that he suggested I do the 4 seasons of the year in headdresses.

SN : What do you like about working with stabilized plants?
AD : Longevity, of course. This is already a big point for customers who want a creation that lasts for a long time! Especially since today there is a wide range of flowers and colours to choose from, so you can do a lot of things! Especially in my work, where I often use petals, it is quite easy to find what you are looking for in stabilized

In addition, unlike dried or artificial flowers, we keep a natural aspect, whether it is to the touch or visually.

SN : What are your favourite flowers or plants?
AD : I love the Dahlia, for its bright colours! Graminae, all berries in general. Asparagus plumosus for its lightness, delphinium for its royal side and its deep colours. And of course many others, there is so much choice! It’s never-ending..

SN : How important is the ecological aspect in your work?
AD :This is a subject that is coming up more and more! What to do with the flowers used on a photoshooting? Usually we take the flowers from a shoot to make bouquets and give them to the neighbourhood, the model or the studio hosting us. 

We are lucky enough to have a sector at Rungis market dedicated to flowers (flowers produced in Ile-de-France). These are producers who are always being swiped! Because we are becoming more and more careful about what we buy. I think that the Dutch producers are trying to find solutions to limit the environmental damage linked to our activity, but I think that this sector is not yet sufficiently involved in this subject. At least, they don’t communicate about it.

I have customers, especially for Christmas, who ask me for a lot of CSR trees, and more and more! But our suppliers are not yet at this level. As a result, there is a gap between customer demand and what we can find on the market.

From an ecological point of view, I don’t know the process for making a stabilized rose, for example. But obviously, it’s a step in the right direction because we avoid over-consumption.

SN : You recently organised the decor for Pierre Hermé’s press day, can you tell us more about this project?
AD : It’s a crazy project! It was thanks to the photoshoot we did for Léna Situation that Pierre Hermé’s set design team contacted me! When I received their email at the end of June, I was literally stunned, but also so excited. It was a consecration for me, a recognition of the work and sacrifices I have made during my professional career!

We met so that they could tell me about their project. I then spent two months refining and exchanging with them on the style they wanted, the flowers chosen, etc. At the end of August, I made a 1m² decoration with the selected flowers in order to confirm the choice and to reassure everyone, them and me.

September 16 was the big day! I’ve already had the chance to make large decorations, including a 50m² wall of flowers, but this time it was in my own name for Pierre-Hermé, and everything went perfectly! We had exchanged so much with Pierre-Hermé’s team that everything was perfect, no problem on the day of the installation, not a single flower was missing! It was a MAGNIFICENT project! The whole Pierre-Hermé team was very happy! I have since had the chance to work with them again: another small decor, flowers for a reception at the Eiffel Tower, creation of their window decorations, etc.

Beyond the incredible luck of having worked for this famous pastry chef, I have above all met wonderful people with whom, professionally and artistically, we get along and understand each other perfectly. And that is priceless! I hope that other projects will come. 🙂  

SN : What are your favourite collaborations? What did they bring you?
AD : First of all, the collaboration with my two photographer friends. All these photos with the models allowed me, without realizing it, to gain confidence in myself and in my work! All these shoots led us to have the chance to shoot Lena Situation, and it is thanks to her Instagram post that the Pierre-Hermé team contacted me! It’s as if everything was written and it’s wonderful!

Obviously this collaboration with Pierre-Hermé is my best experience to date from a human and professional standpoint

SN : What is the Formagreen formation that you are the instructor of?
AD : For several years now, I have been a Formagreen trainer. Several times a year, I go to different wholesalers all over France to give, during the space of two days, a training to experienced florists on predefined programs (Christmas, wedding, bouquets, stabilized, mourning, etc).

These training courses are not there to teach someone to become a florist, but to reinforce the florists’ knowledge, teach them new techniques and help them find new ideas for their shops!

But above all it is a time for sharing! Each trainee shares their feelings about the job, their experiences, the products they sell well and others not so well, etc. It really gives ideas and we come up with new approaches.

SN : What are your sources of inspiration?
AD : My sources of inspiration are above all Rungis, whether it’s the flower building or the accessories building.

The decoration shops, the vases, the containers, the colours too! The colours, especially today, when we have more and more dyed flowers! It’s something I really like, I think we’re embracing dyed things a lot more now and we’re going for it! You have to know how to use it wisely, you can’t, in my opinion, make a bouquet only of dyed flowers with different colours. But to add a little note with a dyed lisianthus in a bouquet where there is nothing else dyed and well that gives immediately the tone and brings a lot of cachet to the whole! The dyed shades are beautiful! Recently I bought some “Hologram” Anthuriums that were iridescent. It was very artistic, a real beauty!

Cinema and fashion inspire me a lot too, as well as music! Lana Del Rey is a little bit my Muse when I’m in the creative process (Ahah).

SN : Do you have any future plans? Any last little secret before we part ways?
AD : I’m going to disappoint you, but I don’t have any big projects coming up yet! However, I have recently been lucky enough to be chosen to represent Penja & Rosedor. I will be making and posting creations mixing Penja’s exotic products with Rosedor’s French production in order to, hopefully, inspire other florists to dare to mix exotic and more traditional flowers.

I will also be visiting different Rosedor cashpoints once a month to give a demonstration.

Instagram // @anthonydenisflorist
Instagram Formagreen // @formagreen.formations
Facebook // Anthony Denis

SecondNatur : Bonjour Anthony, pouvez-vous nous décrire votre parcours ? Pourquoi vous êtes-vous orienté dans la fleuristerie ?
Anthony Denis : Et bien tout d’abord, cela fait 15 ans que je suis fleuriste ! Plus petit je voulais faire beaucoup de choses mais je ne savais pas où me diriger. C’est un soir autour de mes 13 ans, lors d’une balade avec ma mère que l’on est arrivé à parler du métier de fleuriste. Lors de nos balades je lui cueillais toujours des bouquets de pissenlit et elle m’a tout simplement dit “mais pourquoi n’essayerais tu pas d’être fleuriste”… l’idée à germée et 15 ans plus tard me voilà toujours fleuriste mais sur Paris. 😊 

J’ai fait mes 4 années d’apprentissage en Champagne-Ardenne dans ma région natale, j’ai eu la chance de faire quelques concours étant apprentis avec des professeurs et maîtres d’apprentissage qui ont toujours su me pousser et me soutenir ! Vers mes 20 ans, je suis arrivé en région parisienne, car je voulais évoluer et voir un maximum de choses ! J’ai eu la chance de travailler dans de belles boutiques parisiennes, pour un Meilleur Ouvrier de France, pour un Atelier parisien et j’ai même travaillé dans un libre service ! Dans un premier temps cette expérience a été pour moi un échec je n’avais pas cette idée de travailler un jour dans un libre service, mais finalement ça m’a ouvert sur beaucoup d’autres choses, c’est à ce moment précis que j’ai commencé mes créations (barbie, cornet, noeud papillons, etc) finalement avec du recul toute expérience est positive !

J’ai la sensation d’avoir eu la chance de voir et faire beaucoup de choses, ce qui me donne plus confiance dans mon travail et me rassure pour l’avenir.

Aujourd’hui, je suis responsable d’un atelier que je gère en toute autonomie avec une clientèle uniquement professionnelle (Hôtellerie, bureaux, évènementiel, etc). Je suis également formateur pour le centre de formation Formagreen, et j’ai ma micro-entreprise à côté qui me permet de faire quelques événements en mon nom lorsque cela se présente (Comme dernièrement la journée presse du Pâtissier Pierre-Hermé).

SN : Pouvez-vous nous parler de votre travail, de vos créations ?
AD : Côté création, pas de mystère tout vient au détour d’une expo, d’une soirée, d’une rencontre, d’un film… de la vie en général. En 2014 je voulais me faire un nœud papillon pour la Saint Valentin et j’ai, ce jour là, beaucoup de clients qui m’ont demandé où ils pouvaient trouver ça ! J’étais scotché, je ne m’attendais pas à un tel engouement ! J’ai gardé l’idée et l’ai peaufinée pour réaliser ceux que l’on connaît aujourd’hui.

Pour les Barbies, j’ai tout simplement été voir l’expo consacrée à cette poupée connue du monde entier, que j’ai eu l’idée d’habiller en fleurs ! Les grands couturiers l’avaient fait ! Je me suis dit : “Pourquoi pas en fleurs !”

En fait ! J’aime détourner la fleur et m’amuser avec : j’aime retrouver la fleur là où on ne l’attend pas, jouer avec les couleurs, les codes, les envies ! On m’a souvent dit : “Anthony, tu ne postes pas assez sur les réseaux…” mais je considère que l’on voit déjà beaucoup de fleurs, de bouquets. Faire des choses que l’on voit déjà beaucoup ne m’intéresse pas vraiment. J’aime la surprise et l’étonnement, que l’on se demande : “Mais comment il à fait ça ?” Ça me plait !

Pour les derniers shootings, c’était un projet avec mes deux amis photographes : on avait pour projet de mettre en valeur une personnalité dans un décor fleuri ! J’ai puisé mon inspiration uniquement dans ce que le modèle, la personne, dégageait. Ce qu’elle représentait et dans quoi je l’imaginais en fonction de son style vestimentaire, couleur de cheveux, son feed Instagram, etc.

SN : Pouvez-vous présenter vos missions principales en tant que directeur artistique au sein de votre entreprise ?
AD : Alors je n’ai pas d’entreprise où je fais ça tous les jours, mais ma mission principale serait de surprendre, détourner, faire rêver. Que l’on ai tout simplement une réaction devant une photo : Qu’elle soit positive ou négative, qu’importe. Mais surtout que je prenne du plaisir à le faire.

SN : Sur vos réseaux sociaux, nous pouvons voir que vous avez travaillé sur des coiffes en végétaux stabilisés, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
AD : Et bien, ces coiffes étaient un projet avec un photographe : il avait un concours et devait réaliser 4 photos, avec un lien. Aimant les fleurs, ça a été tout naturel qu’il me propose de réaliser les 4 saisons de l’année en coiffe.

SN : Qu’est-ce qui vous plaît dans le travail des végétaux stabilisés ?
AD : La longévité évidemment. C’est déjà un gros point pour des clients qui souhaitent une création qui tienne sur le long terme ! Surtout qu’aujourd’hui il existe un panel de fleurs et de couleurs très large afin de pouvoir réaliser beaucoup de choses ! Surtout dans mon travail ou j’utilise souvent les pétales, il est assez facile de trouver son bonheur dans le stabilisé

De plus, à la différence du séché ou de l’artificiel, on garde un aspect naturel, que ce soit au toucher ou visuellement.

SN : Quelles sont vos fleurs ou végétaux préférés ?
AD : J’aime le Dahlia, pour ses couleurs vives ! Les graminées, toutes les baies en général. L’Asparagus plumosus pour sa légèreté, le delphinium pour son côté royal et ses couleurs profondes. Et évidemment beaucoup d’autres, il y a tellement de choix ! C’est inépuisable.

SN : Quelle importance accordez-vous à l’aspect écologique dans votre travail ?
AD : C’est un sujet qui revient de plus en plus ! Que faire des fleurs utilisées sur un shooting ? Généralement on récupère les fleurs d’un shooting pour en faire des bouquets et les offrir au voisinage, au modèle, ou au studio qui nous reçoit.

Nous avons la chance, sur le marché de Rungis, d’avoir un secteur dédié aux fleurs (fleurs de production Ile-de-France). Ce sont d’ailleurs des producteurs qui sont toujours dévalisés ! Car nous faisons de plus en plus attention à ce que nous achetons. Je pense que les producteurs hollandais essaient de trouver des solutions pour limiter les dégâts sur l’environnement liés à notre activité, mais je pense que ce secteur n’est pas encore assez impliqué à ce sujet. Tout du moins, il ne communique pas à ce sujet.

J’ai des clients, en particulier pour Noël, qui me demandent beaucoup, et de plus en plus, de sapins RSE ! Mais nos fournisseurs n’en sont pas encore à ce niveau. Du coup, il y a un décalage entre la demande client et ce que nous pouvons trouver sur le marché.

D’un point de vue écologique, je ne connais pas le procédé pour rendre, par exemple, une rose stabilisée. Mais évidemment, ça va dans le bon sens puisque l’on évite la surconsommation.

SN : Vous avez récemment organisé le décor pour la journée de presse de Pierre Hermé, pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet ?
ADC’est un projet fou ! C’est grâce au shooting que nous avons fait pour Léna Situation, que l’équipe scénographe de Pierre Hermé m’a contacté ! Lorsque j’ai reçu leur mail fin juin, j’étais littéralement scotché, mais aussi tellement excité. C’était pour moi une consécration, une reconnaissance pour le travail et les sacrifices que j’ai pû faire au cours de mon parcours professionnel !

Nous nous sommes rencontrés afin qu’ils me fassent part de leur projet. J’ai ensuite, pendant deux mois, peaufiné et échangé avec eux sur le style à donner, les fleurs choisies, etc. Fin août, j’ai réalisé un décor de 1m² avec les fleurs sélectionnées afin de valider le choix et de rassurer tout le monde, aussi bien eux que moi.

Le 16 septembre c’était le jour J ! J’ai déjà eu, de part mon travail, la chance de réaliser de gros décors dont un mur de fleurs de 50m², mais là c’était en mon nom propre pour Pierre-Hermé, et tout s’est passé à merveille ! Nous avions tellement échangé avec l’équipe de Pierre-Hermé, que tout était tiré au cordeau, aucun problème le jour de l’installation, il ne manquait pas une fleur ! Ça à été un projet MAGNIFIQUE ! Toute l’équipe de Pierre-Hermé était très contente ! J’ai depuis eu la chance de travailler de nouveau avec eux : un autre petit décor, des fleurs pour une réception à la tour Eiffel, réalisation de leurs décors de vitrines, etc.

Au-delà de cette chance inouïe d’avoir pu travailler pour ce célèbre pâtissier, j’ai avant tout rencontré des personnes formidables avec qui, professionnellement et artistiquement, on s’entend et se comprend à merveille. Et ça, ça n’a pas de prix ! J’espère que d’autres projets arriveront. 🙂 

SN : Quelles sont les collaborations que vous avez préférées ? Que vous ont-elles apportées ?
AD : Dans un premier temps, la collaboration avec mes deux amis photographes. Toutes ces photos avec les modèles m’ont permis, sans m’en rendre compte, de prendre confiance en moi et dans mon travail ! Tous ces shootings nous ont conduit à avoir la chance de shooter Lena Situation, et c’est grâce à son post Instagram que l’équipe de Pierre-Hermé m’a contacté ! C’est comme si tout était écrit et c’est superbe !

Évidemment cette collaboration avec Pierre-Hermé, est ma plus belle expérience à ce jour d’un point de vue humain et professionnel. 

SN : En quoi consiste la formation Formagreen dont vous êtes le formateur ?
AD : En effet, depuis quelques années maintenant, je suis formateur Formagreen. Plusieurs fois dans l’année, je me rend chez différents grossistes dans toute la France afin de donner, durant l’espace de deux jours, une formation à des fleuristes confirmés sur des programmes prédéfinis (Noël, mariage, bouquets, stabilisé, deuil, etc).

Ces formations sont là, non pour apprendre à quelqu’un à devenir fleuriste, mais pour renforcer les connaissances des fleuristes, leur apprendre de nouvelles techniques et les aider à trouver de nouvelles idées pour leurs boutiques !

Mais c’est avant tout un moment de partage entre nous ! Chaque stagiaire fait part de ses ressentis sur le métier, ses expériences, les produits qu’ils vendent bien et d’autres moins bien, etc. Ça donne vraiment des idées et on repart toujours nourri de nouvelles choses.

SN : Quelles sont vos sources d’inspirations ?
AD : Mes sources d’inspirations, c’est avant tout Rungis, que ce soit le bâtiment des fleurs ou celui des accessoires.

Les magasins de décoration, les vases, les contenants, les couleurs aussi ! La couleur, et surtout aujourd’hui, où nous avons de plus en plus de fleurs teintées ! C’est quelque chose qui me plait énormément, je trouve que nous assumons désormais beaucoup plus les choses teintées et on y va à fond ! Il faut savoir judicieusement l’utiliser, on ne peut pas, à mon sens, faire un bouquet uniquement de fleurs teintées avec des couleurs différentes. Mais apporter une petite note avec un lisianthus teinté dans un bouquet ou il n’y a rien d’autre de teinté et bien ça donne tout de suite le ton et apporte beaucoup de cachet à l’ensemble ! Les nuances teintées sont magnifiques ! Dernièrement j’ai acheté des Anthuriums “Hologramme” qui étaient irisés. C’était très artistique un vrai bijoux !

Le cinéma, la mode m’inspirent beaucoup aussi, ainsi que la musique ! Lana Del Rey est un peu ma Muse quand je suis dans un processus de création (Ahah).

SN : Avez-vous des projets à venir ? Un dernier petit secret avant de se quitter ?
AD : Je vais vous décevoir mais pas de gros projet à venir à ce jour ! Néanmoins, j’ai dernièrement eu la chance d’être choisi pour représenter Penja & Rosedor. Je vais réaliser et poster des créations mélangeant les produits exotiques de Penja à la production française de Rosedor afin de, peut-être je l’espère, inspirer d’autres fleuristes et oser le mélange exotique et fleurs plus traditionnelles.

J’interviendrais aussi une fois par mois chez différents cash de Rosedor pour faire une démonstration.

Instagram // @anthonydenisflorist
Instagram Formagreen // @formagreen.formations
Facebook // Anthony Denis


QUELQUES CRÉATIONS | SOME CREATIONS